POMPE À CHALEUR

LES MEILLEURS DISPOSITIFS POUR PLUS DE CONFORT

AÉROTHERMIE

La pompe à chaleur Air-Eau

Une pompe à chaleur est un système de chauffage qui utilise les calories présentes dans l’environnement, afin de les restituer sous forme de chaleur au sein d’un logement. La pompe à chaleur air-eau utilise ce principe en récupérant les calories présentes dans l’air pour réchauffer l’eau qui sera diffusée dans l’installation. Son rendement est exprimé en COP (Coefficient de performance).

Les composants essentiels d’une PAC air-eau sont:

● Un évaporateur transformant le fluide frigorigène en vapeur;
● Un compresseur augmentant pression et chaleur du gaz;
● Un condenseur permettant au fluide de diffuser la chaleur à l’eau
● Un détendeur diminuant pression et température du gaz

En Suisse, pour qu’une pompe à chaleur air-eau soit au bon endroit elle doit être en accord avec la planification énergétique territoriale. L’immeuble d’habitation ne doit pas se trouver dans un climat trop froid et être suffisamment isolé pour être chauffé à basse température. Idéalement ce système est recommandé pour les chauffages au sol et les radiateurs de très grandes surfaces. La puissance de la pompe doit être adaptée aux besoins de l’immeuble ou du logement (garantie de performance). Enfin, le bruit lié au fonctionnement de l’installation doit être maîtrisé et ne doit pas déranger le voisinage.

GÉOTHERMIE

La pompe à chaleur Sol-Eau

La géothermie se réfère à la température du sous-sol. Plus on descend profondément vers le centre de la Terre, plus la température s’élève. À 200 mètres de profondeur, elle est toute l’année à environ 12°C.

La plupart des forages réalisés pour chauffer des bâtiments descendent entre 50 et 200 mètres pour exploiter une chaleur de 8 à 15°C – c’est de la géothermie “à basse température”. A priori, il vaudrait mieux forer plus bas pour atteindre la température nécessaire pour le chauffage, mais la profondeur choisie est le plus souvent un compromis entre le prix du forage et de la sonde, et la quantité d’électricité nécessaire pour faire tourner la pompe qui ramène la chaleur du sous-sol.

Pour une maison familiale bien isolée, un seul forage entre 120 et 200 m suffit généralement. On y enfile et on y scelle une sonde géothermique verticale, autrement dit un double-tuyau qui descend et remonte, et dans lequel circule un liquide caloporteur (eau avec antigel) qui va se charger de la chaleur en profondeur pour la ramener à la surface. Si on ne peut pas forer assez profondément ou si le sous-sol offre peu de chaleur, deux sondes doivent être installées. Pour des bâtiments plus grands, on insère davantage de sondes (on parle alors de champ de sondes).